Tribune

La nouvelle bataille de France

Les mots me manquent pour vous décrire la rage qui est en moi.

Des enfants juifs, des militaires français, des journalistes et caricaturistes, des policiers, un prêtre de 86 ans, des citoyens français innocents, et maintenant un professeur de l’école de la République... Depuis dix ans, plus de 1000 Français de tous âges, de toute condition sociale, de toute religion, ont été lâchement assassinés ou blessés par des fondamentalistes islamistes qui prétendent agir au nom de Dieu.

Les réactions qui suivent chacun de ces attentats sont hélas devenues tristement prévisibles.

Il y a d’abord les bougies et les fleurs, les hashtags #JeSuis, les «Vous n’aurez pas ma haine». Une surenchère de compassion pour éviter de regarder le mal en face et de nommer l’ennemi...

Puis très vite, s’installe le concert de démagogie, donné par des responsables politiques qui rivalisent de postures martiales pour apparaitre comme des chefs de guerre qui n’ont pas la main qui tremble ; comme des chefs qui réussiraient là où tout le monde a échoué. C’est le grand concours Lépine de qui brandira la mesure la plus spectaculaire pour faire la une des chaines d’infos ou des matinales de radio, quand bien même cette mesure serait démagogique. Peu importe la France. Seuls leurs égos comptent.

Seulement, l'honnêteté intellectuelle m’oblige à vous dire que ni la surenchère compassionnelle, ni la démagogie, ne permettront à la France de relever le défi existentiel auquel elle est confrontée. Sombrer dans le déni ou attiser les peurs sont des postures faciles, qui flattent les instincts les plus grégaires. Mais ces postures sont en réalité terriblement malhonnêtes, et surtout sans issue.

Face au risque de guerre civile qui nous guette, face à la menace de désagrégation de notre matrice civilisationnelle, le salut de la France réside plus que jamais dans notre capacité à défendre haut et fort nos idéaux de liberté, d’égalité, de fraternité, et de laïcité. A ne surtout pas tomber dans le piège de l’ennemi, qui rêve de voir la France se disloquer et se communautariser. Ce chemin de crête est difficile. Bien plus difficile que toutes les postures démagogiques. Mais pour paraphraser les mots de l’ancien chef d’Etat Major des Armées, le Général Pierre de Villiers, « l’équilibre est un courage ».

Je veux être clair : «équilibre» ne signifie pas «naïveté». Ceux qui me connaissent savent l’importance fondamentale que j’accorde à l’ordre, que j’estime être la base de tout projet de société. Je ne saurais tolérer aucun accommodement raisonnable avec l’ennemi. Le projet que je porte est de ce point de vue sans concession. Il prévoit même la mise en place d’un régime juridique d’exception pour reconquérir les zones de non droit. Rien ne doit être tabou lorsqu’il s’agit de préserver l’essentiel. Y compris l’usage de la raison d’Etat.

Ceci étant dit, j’affirme qu’une simple posture sécuritaire, aussi ferme soit-elle, ne guérira pas la France du séparatisme. Pour la simple et bonne raison que le danger séparatiste n’est pas l’origine du mal, mais l’un de ses symptômes.

La maladie profonde qui atteint la France prend sa source il y a plusieurs décennies. C’est le «jouir sans entraves» de 1968, qui a consacré le culte du temps présent, au détriment de toute vision à long terme. C’est le choix assumé du chômage de masse et de la dette qui a sacrifié notre jeunesse. C’est le principe de précaution, qui a bridé les initiatives et la prise de risque. C’est le renoncement à l’esprit de conquête, qui a entériné l’idée de la fin de l'histoire.

C’est tout cela que nous payons aujourd’hui. La France est désarmée. Désarmée intellectuellement, désarmée philosophiquement, et désarmée moralement. Depuis des décennies, la République a reculé, la Nation a reculé. Or, comme le dit l’adage, la nature a horreur du vide. L’Islamisme n’est donc pas la cause de la désagrégation de la société française. Il en est la conséquence.

Les choses sont somme toute assez binaires : soit la République et la Nation française sont capables d’offrir à sa jeunesse un futur et un absolu. Soit une partie de cette jeunesse ira rechercher cet absolu ailleurs, par exemple dans l'intégrisme religieux.

La France, en tant que Nation, a donc une responsabilité historique. La responsabilité de renouer le dialogue avec ses enfants. Tous ses enfants. Qu’ils soient Chrétiens, Musulmans, Juifs ou non croyants.

Parce que la France est notre mère à tous. Que nous soyons de filiation gauloise, celte, nord-africaine, italienne, espagnole, portugaise, antillaise, polynésienne... chacun d’entre nous est un maillon essentiel de cette chaîne fraternelle qui s’appelle la France.

Comme toute mère, ou tout parent, la France aime ses enfants. Mais pour leur bien, elle doit savoir se montrer exigeante avec eux. Elle doit définir des limites, être ferme s’ils sortent du cadre, et quand c’est nécessaire, les punir.

Telle est la condition d’une fraternité retrouvée.
Une fraternité d’exigence, et de bienveillance.

Je voudrais maintenant aborder un sujet important, source de nombreuses crispations parmi nos compatriotes : quelle doit-être la place de l’Islam en France ? L’Islam est-il compatible avec la République ? Et bien sachez que vous ne me verrez jamais aller sur ce terrain. Vous ne m’entendrez jamais commenter ou critiquer publiquement tel ou tel précepte religieux. Pour une raison très simple : le moteur de mon engagement politique n’est pas un livre saint, mais la France. Mon postulat est limpide : peu importe votre religion, peu importent les écrits de votre livre sacré, dès lors que vous respectez, sans réserve, les lois de la République. Et si vous ne les respectez pas, et bien vous serez jugé et puni.

Comme pour toutes les religions, ce n’est donc pas à la France de s’adapter à l’Islam, mais c’est aux Musulmans de France de respecter les lois de la République. Pour paraphraser la célèbre formule de Clermont-Tonnerre, prononcée à l’époque de la Révolution à propos des Juifs : la France doit tout accorder aux Musulmans en tant que citoyens français, mais tout refuser à l’Islam en tant qu’idéologie politique. Tout simplement.

La Loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat est à cet égard un cadeau de nos anciens. Ne cherchons pas à la remettre en cause. Cherchons encore moins à interférer dans des affaires religieuses. Seule compte la loi, la loi de la République française. Seul compte le projet collectif que nous devons construire ensemble.

Je sais ce chemin difficile. J’expliquais plus haut que «l’équilibre est un courage». A titre personnel, je m’efforce de demeurer sur cette ligne d’équilibre. Et cela malgré les critiques, les attaques, et les menaces que je reçois. Avec d’un côté, ceux qui me jugent comme «un traitre», «un vendu», «un arabe de service». Et de l’autre côté tous ceux qui rêvent de me voir critiquer l’Islam et les Musulmans de France.

Aucun de ces deux camps ne parviendra à me faire dévier de mon chemin.

Je sais la chance que j’ai de vivre en France. Je sais la puissance et la force que représente cette épopée de 2000 ans d’histoire. J’assume les racines de la France, et je les fais miennes. Je sais aussi que la France est un pays en mouvement, qui ne se fige jamais ; une nation vivante qui s’est de tout temps enrichie et solidifiée grâce à l’apport de celles et de ceux qui l’ont rejoint parce qu’ils l’ont aimé.

Le combat contre le fondamentalisme islamiste est une chose. Le combat pour l’avenir de la France en est une autre. Les deux sont liés. Sauf que l’un de ces combats est défensif, et que l’autre est offensif.

A la passivité, je préfère l’action.
Au désordre, je préfère l’ordre.
Au repli, je préfère l'esprit de conquête.
A la peur, je préfère l'espérance.

Rafik Smati
Entrepreneur, et président d'Objectif France



21 commentaires

30-10-2020 06:06

Salutations. Liberté Égalité Fraternité est une jolie utopie pour les 85 % de français conceptualises ''des marionnettes ''n'étant qu'un rôle voulu, ( par leur maitres penseurs élitistes , les marionnettistes SOURNOIS de chaque TROUPEAUX CLASTIQUES MIMETISE dans son environement, annhilation de ÊTRE, soit , liberté de se penser, de se créer, EN TANT que MOI. Pour pouvoir s'ouvrir aux autres. Imposture par la lobotimisation obscurantiste par/pour l'amendement glaciale de ses codes , par ses dogmes dans ses normes , MODES atypiques existentiels chacun séparé par sa culture originel qui s'avère dans ses formes puis dans ses états des comunications fallacieuses amendant dans le temps l'obscurantisme subjectif donc des relations misérabilistes. La fausseté amène le nulissime, l'aliénation est notre rytme puis après la destruction, ?Démographiquement bientôt 8 milliards , comment faire rationnelement sans polémique ? L'humain se vide de sa sève l'affect en correlation avec ce qui fait notre différence dans le monde biologique vivant notre essence évolutive l' intelligibilité qui s'est fourvoyé dans la facilité futiles et oisifs . En sous marin les dirigeants du monde ont mis l'ADDICTION du toujours leur mouvance ,vicieuse de l'asservissement veinal le seul sens existentiel important et pourtant insensé pour les asservis et pour le tout vivant ( intergénérationnelle)leur but n'est que les possessions mercantilistes, donc la populace court derrière les petits sous ou/ et derrière des idéologies mortifères . Dystopie demain pauvres progénitures que l'on soit disant on aime, fourberie, amour froid , abstrait démonstratif. vos parents donc MOI , mea-culpa ne sont que des hypers égocentriques, aucune réaction et encore moins des actes que dans les apparats de ses mots végétatives, pauvres révélateur de nos maux, Vivant qu'en extérieur dans sa contenance Mort de l'intérieur ,de son contenu. Verirable devise: Prisonnier Inégalité Prisonnier

25-10-2020 11:16

Non il n'est pas trop tard. En 1940 la France était dans le même état qu'elle est aujourd'hui même si les circonstances et les causes ne sont pas les mêmes. Un Homme, suivi au début par un petit millier de courageux, a contribué au sursaut de la France. Aujourd'hui nous avons cet Homme RAFIK SMATI et sa vision de la France. J'ai confiance.

Jo

25-10-2020 09:34

Derrière vous Rafik.

25-10-2020 06:49

Monsieur Smati, vous venez de tracer ici notre feuille de route. Serez vous celui qui va nous y conduire ? Nous avons besoin de vous!

23-10-2020 19:45

Pas un mot a retirer a ce texte. Il est dense et complet , on ne peut qu'adhérer. Reste le plus important: convaincre nos concitoyens du bien fonde de la démarche. Je propose donc que chacun renvoie ce texte a tous ces contacts concernés par la FRANCE.

23-10-2020 15:23

Bonsoir; René Brun demande sa cooptation rapide à la direction marseillaise d'Objectif France et sa cooptation rapide à la direction nationale d' Objectif France; salutations...

23-10-2020 14:37

Incroyable de justesse. BRAVO

23-10-2020 15:32

Je ne vous connaissais pas.... Un ami pour qui j'ai beaucoup d'estime ma demandé de lire votre texte. Je l'ai fait. Et j 'avoue être bouche bée. Impressionnée. Je découvre aussi Objectif France. Je suis une intuitive, et je crois avoir découver une pépite.. La solution peut être? Merci et a bientôt



23-10-2020 14:17

Merci pour cette tribune dont je partage les idées et le raisonnement. Ma sensibilité me fait mettre en exergue dans votre texte, le fait que l'islamisme en France est bien la conséquence de la déchéance de la France et non l'inverse. C'est à la fois le choix d'un chômage de masse au lieu du développement d'un terreau favorable aux entreprises et à l'emploi pour tous, le choix de l'égalitarisme au lieu de l'esprit de conquête, de responsabilité et d'initiative et le choix du renoncement au combat idéologique contre les théories extrémistes qui n'ont apporté ailleurs que totalitarisme et pauvreté massive. Oui comme vous le dites souvent « la France est un champ de ruine » et sur ces ruines la barbarie peut prospérer. J'ajoute à l'adresse d'un commentateur que les solutions existent. Elles sont décrites avec nombre détails dans le projet d'objectif France.



23-10-2020 13:58

L'islam ne peut en effet faire l'objet ni d'approbation, ni de réprobation en tant que religion. C'est la conviction intime de tout un chacun de croire à une force supérieure divine ou non, de ne pas y croire, de croire en tout autre chose. Par contre , l'Islam est un problème en France. Il est un problème venu avec les flux migratoires des années 1960 et qui aujourd'hui donnent leurs fruits au travers des enfants de cette immigration qui ne s'est que rarement assimilé. Combien de « français » de 2ième ou 3ième génération parlent arabes entre eux dans le métro, dans la rue au portable,...en lieu et place du français, combien s'accoutrent encore comme des bédouins d'un autre temps, babouches et djellabas., et alors leurs parents n'en parlons pas. Vous noterez ainsi que les flux contemporains italiens, portugais, polonais, d'origines civilisationnelles chrétiennes n'ont engendrés aucun attentat, aucune revendication gastronomiques, vestimentaires, sexuées alors qu'eux aussi dans les mines lorraines, nordistes, n'avaient pas des conditions de vie luxueuses, et qu'ils ont été ritals, portos, polacks, bref soumis aussi à des quolibets. Le nombre fait tout, autrefois cantonné à une minorité de la population, nul musulman ne se serait avisé d'imposer ses traditions, ses coutumes à notre société. Aujourd'hui, le nombre fait que l'Islam qui est une religion de conquête veut s'imposer sur le territoire qu'elle conquiert, à l'heure d'aujourd'hui banlieues, certains lieux de sport,...demain des zones plus étendues, l'ensemble du territoire peut-être? Réduire le problème à l’Islamisme radical me semble superficiel, n'étant pas à même de dire qui est un bon musulman ou pas, qui est radical ou ne l'ai pas. Est ce que le musulman qui considère la femme comme non égal à l'homme avec ce que cela induit parfois (contraintes vestimentaire, violence physique ou psychologique) est un islamiste radical, celui qui demande à ce que sa compagne ne soit pas approchée par un médecin homme est-il un islamiste radical alors que par ailleurs il vit très ordinairement dans notre société? Est ce que celui qui refuse toute caricature est radical islamiste? Ce n'est pas à nous de le définir et cela importe peut. Ce qui importe est juste que de fixer les termes de la laïcité par une intransigeance frisant l'intolérance, fin du voile et de tout signe religieux ostentatoire dans tous les espaces publics, rues, écoles, administrations, entreprises (ce qui veut dire que l'enlever à la demande des forces de l'ordre, de sa hiérarchie ne doit pas être un souci) dans la limite du clergé (une bonne sœur, un imam, un rabbin, un cardinal,...au même titre qu'un vêtement professionnel). Obligation des prêches religieux en français, strict contrôle des écoles confessionnelles et peut être même suppression des écoles hors contrat. Affirmation constitutionnelle de la construction de la France qui a choisie pour type de gouvernance une république laïque mais dont les racines sont judéo-chrétiennes, conférant la poursuite, le maintien et l'affirmation d'un droit d'usage pour les crèches, les célébrations de Noël, et autres... Alors fort de cette assise affirmée, imposée et opposable à tous notamment à ceux qui veulent vivre dans cette communauté nationale unique, la laïcité républicaine qui ne se doit pas d'être passive, régulera toute tentative de séparatisme religieux. Quand au fait que vous soyez l'arabe de service, même si le sujet est tout autre, sachez que personne ne songerait à pareille insulte si par volonté affirmée d'assimilation vous vous prénommiez Valentin, Louis, Thierry, Claude....et non Rafik, Mohammed, Youssef, Abdallah, Rachid... Cordialement votre. Marc



23-10-2020 12:14

Pour information, la loi de 1905 n’est pas la loi de séparation de l’église et de l’état. Il aurait fallu être une théocratie pour ça C’est la neutralité de l’état vis a vis des religions, sans les financer et en garantissant la liberté de culte. Mais il conserve la main dessus en pouvant intervenir si besoin. Ex : interdire le son des cloches un jour d’élection comme cela se faisait debut XXeme.



23-10-2020 12:12

Mon cher Président, cher Rafik, J’attendais après cette assassinat une tribune de vous. Elle est là et je la partage entièrement. Il va falloir manier avec discernement le bâton et la carotte. Sauf que dans l état actuel de notre nation et l abandon par nos politiques et notre haute administration , ne l exonérons pas, depuis des décennies complique bien entendu le redressement. Je pense sincèrement qu il faudrait et faudra en tout premier lieu utiliser le bâton et taper fort. Ce sera l unique moyen de faire reculer cette vague de violences avant qu arrive un tsunami provoqué par la mouvance islamiste et récupérer petit à petit les territoires abandonnés par la république. Énorme challenge ! Question aura-ton le temps de le faire ? Sans être pessimiste permettez moi d avoir des doutes. Bien à vous Georges OF La Londe Les maures.



23-10-2020 11:33

Perso je n’y crois plus A qui attribuer tous ces problèmes ? Pour moi c’est clair. Notre pays est fortement ballotté par les crises, les non conformistes au peuple n’ont pas à donner de leçons, ils se conforment ou pas. On ne demande rien à la religion et surtout on ne l’autorise à tuer. A bon entendeur, Nous sommes républicains, Le bien vivre en France existe déjà.



23-10-2020 11:21

Merci pour votre texte, je reste convaincu pardonnez moi d’avance mais que vous (arabe) pouvez faire partager les valeurs de notre pays car il est temps de se rassembler autour d’une projet pour l’avenir de nos enfants ! Ne lâchez rien 🙏🏻 Elsa



23-10-2020 10:59

Le postulat de base est erroné me semble-t-il. L'islamisme n'est ni une cause, ni une conséquence du délitement de nombreuses valeurs morales contraignantes certes mais qui ont construit notre civilisation qui aujourd'hui se vautre dans un individualisme forcené garanti par l'état de droit. Nous sommes simplement désarmés pour lutter contre un fléau international : l'islamisme qui a pour projet affiché d'imposer son règne sur tous les êtres humains au nom de Dieu. On a sous estimé l'ennemi c'est tout.



23-10-2020 10:41

Grande émotion en lisant ces lignes... Lancez vous monsieur Smati, nous serons nombreux derrière vous.



23-10-2020 10:37

J'ai bien lu votre missive qui ne donne aucune solution. Dommage, car cette République que vous honorez a perdu sa légitimité car bafouée par le nom respect du peuple. Mastricht...pas un mot ! Alors comme moi rejoignez le CNT et les choses vont changer. Fini les lamentations et condamnons les traites de la République, ils sont nombreux. Il n'y a pas besoin de violence, simplement appeler un chat-un chat et permettre au peuple de reconstruire ce que nos hommes politiques ont vendu pour leurs intérêts et par lâcheté. À vous lire !



23-10-2020 10:37

Tout nous pousse à ne plus y croire, a nous designer et a renoncer, et vous vous parvenez à nous prouvez que tout n est peut être pas perdu. J ai envie de vous suivre, pas pour moi qui ai 83 ans mais pour mes 4 petits enfants. C'est une chance de savoir que des gens comme vous se battent et qui y croient. Ce soir je m'endormirais le coeur plus léger. Merci. Et merci



23-10-2020 10:36

Oui. Accepter l'islam en tant que religion (loi de 1905) mais le refuser en tant qu'idéologie politique est un bon principe d'action. Le problème est que l'islam est un tout indivisible, une civilisation qui est distincte de la nôtre et qui s'y oppose puisqu'elle vise la suprématie mondiale. Le couper en deux, religion et idéologie, est sans doute impossible. En tous cas depuis plus de 13 siècles personne n'y est parvenu.



23/10/2020 10:10

Bonjour, malheureusement c est trop tard!!! Des villes entières sont entre les mains des islamistes, d'ailleurs, la plupart de ces villes sont dirigées par les coco et eelv et la gauche en général !! Si vous etes curieux, allez dans le 93, vous allez halluciner, pas un blanc!! Comment voulez vivre en république si 90% de la population de certaines villes viennent de civilisations archaïques ou islamistes? Je pense que pour combattre l'islamisme il faut parler théologie, il faut demonter un a un tout les versets ou haddits haineux, oui je crois en puissance supérieure, mais celle çi est loin tres loin d'avoir ne serait qu'un atome crochus avec les textes coraniques.



23/10/2020 09:58

Savoir mettre des mots sur les maux... une main de fer dans un gant de velours... de la fermeté et de l'espoir... De tout ce que j'ai lu et entendu ces derniers temps ce texte est de loin le plus juste et le plus inspirant! Merci monsieur! et foncez!

Commenter cet article