">
Tribune

Pourquoi la Loi sur le Renseignement est liberticide...

Nous sommes en 1977. J'ai deux ans. L'Algérie, pays dans lequel je suis né, peine à s'affirmer comme une démocratie, et commence à connaître des dérives liberticides dignes d'un Etat policier. Les libertés individuelles sont menacées : demandes d'autorisations pour quitter le territoire ou pour ouvrir un compte bancaire, omnipotence de l'officier de police, justice sous contrôle... Mon grand-père, pharmacien, est placé sur écoute, parce qu'identifié comme «un ami de la France». Mes parents décident alors de rejoindre la France. La France, qui a toujours été la patrie de coeur de ma famille. La France, où nous avions déjà des attaches. La France, ce pays dans lequel nous sommes sentis si libres. Libres de nos mouvements, libres de voyager, libres de créer, libres d'entreprendre...

Il nous arrivait, certains étés, de nous rendre en vacances en Algérie. Et toujours, au moment où notre avion de retour atterrissait en France, mon père poussait un soupir de soulagement, et assénait un «vive la France», conscients de la chance que nous avions de vivre sur cette splendide terre de liberté.

Si je vous parle de mon histoire personnelle et de mon attachement à la liberté, c'est parce que je ressens, aujourd'hui, en France, la possibilité d'une dérive liberticide grave, dont nous ne percevons pas encore les effets. Je parle de la loi sur le renseignement, actuellement discutée au parlement. Pour faire simple : une loi qui permettra aux autorités de police de vous écouter au téléphone, de tracer vos connexions internet, de vous géolocaliser... le tout sans que la justice n'ait à être saisie. Nous abandonnerions ainsi un principe fondamental de notre République, qui est celui de la séparation des pouvoirs. Aucun contre-pouvoir ne pourra limiter les dérives du système. Le Ministre de l'Intérieur deviendra l'homme fort de notre régime...

Certes, l'objectif initial de cette loi ne peut pas être contesté : il s'agit de se donner les moyens de démanteler en amont de potentiels réseaux terroristes. Mais le terrorisme n'est qu'une des 7 catégories visée par ce texte ! En l'état, ce projet de loi pourrait permettre de mettre sous contrôle tout groupe de pression, tout syndicat, tout organe de presse travaillant sur des dossiers sensibles. Dans un passé récent, les opposants au barrage de Sirven auraient potentiellement été surveillés. Tout comme les opposants à l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, ou ceux du Mariage pour tous. Le journal en ligne Mediapart pourrait également être mis sous surveillance...

Cette loi est donc une mauvaise réponse à un vrai problème. Un problème tellement profond et difficile à démêler que le pouvoir politique feint de l'ignorer : comment réenchanter le rêve français pour faire de notre nation la nation du vivre ensemble ?

Alors au lieu de se prendre des décisions hasardeuses et liberticides, agissons concrètement et avec force ! Faisons d'abord que la politique soit à nouveau capable d'insuffler une dynamique de long terme, avec des projets forts dans lesquelles notre jeunesse puisse se projeter ! Approprions-nous avec enthousiasme les symboles de la République, à commencer par notre drapeau et notre hymne national ! Mettons de l'ordre dans nos prisons, qui sont aujourd'hui les premiers foyers de recrutement des terroristes ! Construisons sur l'un de nos départements d'Outre Mer une prison de haute sécurité pour isoler durablement les individus nuisibles ! Instaurons une nouvelle forme de service national obligatoire, pour encourager la mixité générationnelle et créer un nouveau rapport à la nation !

Certes, toutes ces actions nécessitent de l'audace, du courage, de l'ambition, et une certaine idée de la France. Mais la paresse politique privilégiera toujours une loi liberticide adoptée en quelques semaines, à de grandes décisions structurantes pour notre Nation. Quelle tragédie ! Au fond, cette loi consacre avec éclat l'impuissance et la lâcheté de la force publique.

En ce qui me concerne, j'aime trop la France pour la laisser sombrer. C'est le sens de mon engagement politique. Et c'est la raison pour laquelle nous avons récemment lancé le mouvement Objectif France, déjà soutenu par des milliers de Français. Alors si vous aussi aimez la France. Si vous aussi croyez en nos idéaux de liberté, d'égalité, et de fraternité. Et si vous aussi ne vous reconnaissez plus dans la classe politique actuelle, alors rejoignez-nous ! Il est temps d'écrire une page de l'histoire de la nouvelle France.

Rafik Smati
Président d'Objectif France et entrepreneur

Commenter cet article

27-10-2020 03:42