">
Tribune

Petits maires, petits patrons : même combat !

Je connais bien les difficultés et les rigidités auxquelles sont confrontés les petits patrons. Je les vis depuis plus de 15 ans... Je découvre maintenant, à travers mon engagement politique dans Objectif France, à quel point les Maires des petites villes et villages de France sont eux aussi écrasés par le poids des contraintes en tout genre, et laminés par des décisions imposées par des dirigeants politiques nationaux déconnectés des réalités du terrain.

Barro, petit village de 400 âmes, en Charente. Son Maire José Dupuis est en colère et inquiet : il va devoir composer ces 4 prochaines années avec une baisse substantielle des crédits de l'Etat. Il craint pour l'avenir de son village. Déjà aujourd'hui, ce sont les membres du conseil municipal eux-même qui assurent certaines réparations et travaux d'entretiens dans la ville. De l'autre côté de la France, en Savoie, Jean-Claude Fraissard est le Maire de Montvalezan, petit village de 700 habitants. Dans une lettre ouverte particulièrement émouvante, qui restera probablement hélas lettre morte, il en appelle directement au Président de la République. Dans 3 ans, sa commune pourrait se trouver en cessation de paiement...

Ces deux cas ne sont malheureusement pas isolés. Aujourd'hui, la quasi totalité des Maires des petites villes et villages de France sont en souffrance. Tout comme des centaines de milliers d'artisans, de commerçants, de petits patrons...

Le Maire et le chef d'entreprise ont d'ailleurs un point commun : ils sont les acteurs clés de l'économie et du territoire. Ces deux entrepreneurs, ces deux bâtisseurs, sont les deux maillons clés du changement. Méprisés et écrasés par le système, ce sont pourtant eux qui porteront le sursaut dont la France a besoin.

L'entreprise est en effet l'unité de base de l'économie. Les artisans, commerçants, patrons de PME et TPE sont ceux qui créent des emplois. Ce sont eux aussi qui portent l'innovation. Les chefs d'entreprise sont pour la plupart des personnes pragmatiques animées par un sens aigu des réalités, et capables de prendre des risques dans un monde en perpétuel mouvement. Les valeurs qui les animent sont celles dont nous avons besoin aujourd'hui : l'innovation, la création, la conquête et l'ambition, l'aventure humaine...

Si l'entreprise est l'unité de base de l'économie, alors la commune est l'unité de base du territoire. C'est à ce titre que les Maires sont complémentaires des chefs d'entreprise. Eux même, d'ailleurs, sont patrons à leur manière. Ces «entrepreneurs territoriaux» sont aux service de leurs communes et de leurs administrés, et cela malgré les très faibles rétributions dont ils bénéficient. En contact direct avec les citoyens, ils sont au coeur de la démocratie réelle. Comme les chefs d'entreprise, ils croulent sous les contraintes, et sont le plus souvent effarés par le manque de clairvoyance et de cohérence de ceux qui, à Paris, dirigent le pays.

Une nouvelle page de l'histoire de France va s'écrire. Et Nous, les Maires et les entrepreneurs devons y prendre toute notre part. Nous ne serons pas les seuls : tous ceux qui sont engagés, partout sur nos territoires, dans une association ou dans une cause feront partie de ce mouvement. Les fonctionnaires les plus courageux, ceux qui ne se satisfont pas des rigidités et des conservatismes qui leurs sont imposés, feront également le chemin à nos côtés.

Nous ne sommes pas dans les paroles et dans les grands discours. Nous sommes des faiseurs. Nous sommes ancrés dans la réalité. Nous sommes la France.

Rafik Smati
Président d'Objectif France et entrepreneur

Commenter cet article